Biographie

laure prechac
laure prechac

 C H A N S O N  

 

        Depuis quelques années à aujourd'hui en 2019, Laure se produit notamment beaucoup dans les pays balkans et fait de nombreuses émissions de télévisions représentant la chanson Française.

         Et depuis 2018 elle prépare son Troisième album en tant qu'auteur principalement et avec Thierry Sforza et Jean Réveillon ainsi que Fabrizio Salvadori et Michael Larcange avec qui elle travaille dur pour de nouveaux futurs projets et nouvelles chansons.

Enfin 2016, le nouvel album " Dans nos yeux " subventionné par la SACEM et édité par Musicalement Votre est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement.

 

L’année 2014-2015 est consacrée à la préparation et la sortie de son premier album, réunissant des compositions écrites par elle et par Jacques Veneruso comme compositeur et auteur principal. Par ailleurs elle travaille avec ses musiciens la reprise de nombreuses chansons françaises retranscrites aux couleurs des balkans. Et elle a sortis un disque " Tatouages Balkans" en juin 2014 en attendant de sortir son album de compositions.

Elle a déja d’ailleurs sortis un clip de la reprise “Johnny tu n’es pas un ange” en duo avec Stanko Marinkovic (duo franco-serbe).

 

A la sortie de son disque de reprise et compositions en 2014/2015 elle se produit notamment "Aux Sentiers des Halles", Aux Theatre des Déchargeurs, et fera une première partie de Baptise Giabiconi à La Cigale.

 

En parrallèle et jusqu'en 2014 depuis et plusieurs années, elle est chanteuse permanente de variétés françaises et internationales au Cabaret Les Trois Mailletz au coeur de Paris, Rue Galande.

Et elle travaile partout dans le monde en tant qu'interprète de chansons françaises et internationales:      (Russie,Serbie,Pologne,Espagne,Italie,Afrique du Nord.,Norvège....) 

 


De 2006 à 2009, elle est chanteuse et danseuse Tzigane au sein du groupe Temposlavia, musique des Balkans.Et en parallèle danseuse et chanteuse et chorégraphe. dans le "Groupe Romano "atmo et "Nuit de Prince" qui se produit régulièrement dans de grands Theatre comme l'auditorium de Saint germain des prés, et L'Unesco.

 

En 2011 elle est l'auteur du texte français de la chanson "Marija" pour la chanteuse Indira Radic, artiste de renomée en Serbie En 2005, elle a interprété et enregistré le Bolero "Ayer" composé par José Reinhardt et l'auteur José Manuel Fajardo pour la sortie de son livre "A pedir de boca" (L'eau à la bouche), édité par Flammarion en France.

 DE 2000 A 2002 elle fait la tournée et intègre la comédies musicale en tant que danseuse et comédienne "Un conte de Noel" notamment produit a l'olympia pendant plus de 2 mois pendant 2 hivers et au Liban Au grand $`

De 2003 à 2006, elle est la chanteuse du groupe Meloswing : reprise de chansons françaises et internationales.

 

 

 

T E L E V I S I O N

 

2002     Emission France 2 "Le Plus Grand Cabaret du Monde" avec Romano Atmo         

Depuis 2005, Invité à trois reprises sur le plateau de la chaine serbe RTS.

 

 

F O R M A T I O N

 

Depuis 1997

Formation en autodidacte auprès de chanteurs et professeurs, dont Ahmed Larinouna (chant lyrique à la Cité des Arts), Pedro Wognin et auprès du chanteur et musicien "Almamy Ly". 

 

De 1994 à 1997

Intègre différentes compagnies en tant que danseuse soliste, dont LAtelier de l’envol et se produit régulièrement dans plusieurs théâtres parisiens et de banlieue parisienne.

Formation à la danse Flamenco, orientale et tzigane (notamment Petia Iourtchenko)

 

 

De 1980 à 2000

Institut Professionnel de Danse Rick Odums (Classique, Contemporain et Moderne-Jazz)

Ecole de Danse Choréa Diffusion, danse classique Moderne-Jazz

Académie de danse Classique avec Alain Ruelle diplomé de l’Opéra de Paris revisitant les grands ballets classiques. 

 

 

 

 

Retouvez Laure sur Facebook:

Partagez le site de Laure Préchac?

Extraits Sentier des Halles 18.12.13

Clip "Johnny tu n'es pas un ange"

Laure et stanko

Le Figaro 3.10.13

Laure une des nouvelles mômes

Par Bertrand Guyard / 03/10/2013

A lire sur le figaro.fr en cliquant ici